Lutte Féminine


La Lutte Féminine

La lutte féminine est un sport de combat qui oppose deux compétitrices cherchant à obtenir le contrôle de leur adversaire par le biais de techniques de projection, d’accrochage, de crocs en jambes et de clés. Similaire à la lutte libre, la lutte féminine permet la saisie des jambes dans l’exécution de toutes les prises dont le but ultime est d’amener les épaules de l’adversaire au tapis. Si une lutteuse y parvient, le match est interrompu et la victoire « par tombé » est prononcée. Sinon, le match se poursuit jusqu’à la fin du temps réglementaire et les points marqués servent à désigner la gagnante.

LF

La lutte féminine amateur fit ses premiers pas dans les pays scandinaves et en France dans les années 80. Au début, les deux styles connurent une certaine évolution, mais finalement la lutte féminine se calqua sur la lutte libre. Elle fut d’abord dirigée par un comité spécial de la FILA placé sous la direction de Michel Dusson (1984). Le premier Championnat du Monde de lutte féminine fut organisé à Lorenskog (Norvège) en 1987. La lutte féminine fut admise pour la première fois au programme olympique à l’occasion des Jeux d’Athènes en 2004.

 

Actuellement, la lutte libre compte sept catégories de poids :

  • 48 kg, 51 kg, 55 kg, 59 kg, 63 kg, 67kg et 72 kg

Seules quatre catégories figurent au programme olympique :

  • 48kg, 55kg, 63 kg et 72kg

Selon le classement de la Coupe du Monde de lutte féminine 2010, les pays qui dominent ce style sont les suivants : Chine, Etats-Unis, Japon, Canada, Mongolie, Russie, Kazakhstan et France.