Comité De Nouvelle Aquitaine De Lutte et Disciplines Associées
+33 6 17 61 48 98
fflcalda@gmail.com

Rencontre avec Anthony De Oliveira (grappling) et Anthony Dupuis (sambo) qui participeront bientôt aux championnats du monde.

Created with Sketch.

Ils ont le même prénom mais ne pratiquent pas la même discipline. L’un est grappler et l’autre samboïste mais ils ont tous les deux le même objectif à très court terme.
Rencontre avec ces deux licenciés aquitains

Quel est votre parcours sportif?
Anthony De Oliveira
Je m’appelle Anthony de Oliveira j’ai 23ans, je pratique le JJB, le Grappling Gi et No-Gi depuis un peu plus de 6ans maintenant.
Six années durant lesquelles j’ai consacré beaucoup de temps à la formation jusqu’à aujourd’hui pour m’entraîner tous les jours entre préparation physique entraînement technique et sparring. Je suis compétiteur, et c’est la compétition qui est le moteur de mes entraînements au delà de la passion que j’ai pour ce sport ! Je m’entraîne au Werdum training center à Merignac encadré par mes deux entraîneurs de toujours José Luiz Zatar et Ismael Padavia ainsi que mon préparateur Gael Legledic.

Anthony Dupuis
Mon parcours sportif: j’ai commencé le judo à l’âge de 6 ans jusqu’à ce jour à St Médard en Jalles , j’ai été plusieurs fois médaillé régional, plusieurs participations aux championnats de France et j’ai gagné la coupe de France 2016.
J’ai commencé le sambo en 2016 à Blanquefort, je suis champion de France espoir, 3 ème aux France Seniors, 5 ème aux Europe Espoir , vainqueur du tournoi de Paris et membre de l’équipe de France sambo.

Comment s’est organisée votre préparation?
Ma préparation s’est faite sur une période de 6 semaines, après une coupure en fin de saison très courte j’ai gardé un bon foncier et me suis entraîné tout de même journalièrement. Puis à 6-8 semaines, mon préparateur m’a mis en place un programme généraliste en début puis spécifique sur ces dernières semaines. Mes entraînements se sont intensifiés, avec des sparrings plus durs avec mes partenaires d’entraînements et mes entraîneurs. Puis le Comité National de Grappling a organisé un stage d’une semaine sur Paris. Semaine très enrichissante qui m’a permis de tester un peu ma condition, mes points forts, mes faiblesses afin de parfaire mon entraînement par la suite. Le fait de combattre avec d’autres partenaires de l’équipe dont on n’a pas l’habitude fait énormément évoluer ! Et puis un esprit d’équipe était présent au sein de ce stage bien structuré par William AQUIAYI.

Ma préparation s’est basée sur la musculation 1h30 5 fois par semaine et 3 séances de cardio dans la semaine et à côté de ça mes entraînements de judo et sambo en semaine en fin de soirée, sachant que le matin je travaille de 5h à 12h étant boucher.

Comment vous sentez-vous à l’approche du championnat?
A l’approche de l’échéance, qui est dans deux semaines, je me sent prêt. Je sais que la préparation va toucher à sa fin et j’espère que le jour J je serai au top de ma forme, on travaille dur pour ça. « On » car je suis seul à combattre mais à l’entraînement j’ai tous mes partenaires, entraîneurs qui sont là pour moi et qui me tirent vers le haut !
Mon ressenti à l’approche des mondes, j’ai confiance en ma préparation même si j’ai un petit stress qui monte mais qui me motive à me surpasser. J’ai un tournoi la semaine prochaine avec les seniors en Ecosse, ça sera une façon de me préparer avant les mondes.

Quel est votre objectif sur ces mondes? Redoutez-vous certains adversaires?
L’objectif est toujours le même, la plus haute marche ! C’est pour celle-ci que j’y vais. Tous les participants peuvent y prétendre c’est légitime. . J’y prétends aussi !
Je ne redoute aucun adversaire, je sais qu’à ce niveau tout le monde est potentiellement dangereux. Bien évidemment, j’ai regardé les vidéos des Europe à Rome pour mettre en place quelques stratégies si je tombe face à certains combattants. A ce niveau tout le monde est prêt physiquement, chacun a ses armes, ses panels techniques, que ça soit une grosse lutte, un bon jeu dos au sol, des bon passages.. peu importe c’est une bonne gestion du combat et la stratégie qui risquent de faire la différence !
Un combat reste un combat; on peut le refaire 10 fois il y aura peut être 9 issues différentes, le tout est d’avoir tout donné: partir victorieux ou sans regret !

Mon objectif premier comme tout athlète, c’est de gagner. Je ne redoute aucun adversaire même si je sais que le niveau sera élevé à ces mondes de Sambo

Un dernier petit message personnel
Je tiens à remercier mon équipe la Werdum combat team, mes entraîneurs José Luiz Zatar, Ismael Padavia et mon préparateur Gael Legledic, ainsi que toutes les personnes qui me soutiennent mon père, ma famille, mes amies, ma chérie.
Merci au CNG et à la FFL de permettre à ses athlètes français de promouvoir le grappling à l’international et de faire avancer la discipline.

Je dirai un dernier petit mot de remerciement à mes coachs de Blanquefort qui m’ont soutenu depuis le début ainsi que les coachs de l’équipe de France et aussi mes partenaires d’entraînement pour leur soutien et leur investissement. Et vive le SAMBO

Anthony De Oliveira vainqueur lors du Bordeaux Submission Contest

Anthony De Oliveira vainqueur lors du Bordeaux Submission Contest

Anthony Dupuis (en bleu) lors du Grand Prix de Paris

Anthony Dupuis (en bleu) lors du Grand Prix de Paris